UNICEF78-comite

17 août 2017

Appel aux bénévoles !

 

 

BIENVENUE AUX NOUVEAUX BENEVOLES... 

 

La rentrée arrive à grand pas. Et si vous vous  engagiez à mener des actions de solidarité en 2017-2018, rien ne vous empêchant de prolonger par la suite.  Devenez bénévole au sein de l'UNICEF, et notamment au sein de sa délégation Yvelines. Plus nous serons nombreux, plus nous parviendrons à mener des actions en profondeur, plus  nous parviendrons à toucher un public nombreux. 

 

Nous pourrons ainsi multiplier les opérations telles que la tenue de stands,  la participation aux Marchés de Noel ou à des manifestations organisées par les Villes Amies des Enfants (il y en a 13 dans les Yvelines), l'organisation de courses solidaires ou de spectacles,  les plaidoyers dans les écoles et les centres de loisirs... Il y a pour l'UNICEF quelques évènements incontournables à faire vivre comme la date du 20 novembre, date anniversaire de l'adoption à l'ONU de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant. Certains évènements permettent aussi de récolter des fonds pour venir en aide aux enfants dans des pays en grande difficulté (exemple, en mars 2017 la Nuit de l'Eau organisée partout en France en partenariat avec la Fédération Française de Natation au profit d'Haïti, pays durement frappé quelques mois plus tôt par un cyclone dévastateur. Un autre évènement s'est inscrit au calendrier de l'UNICEF-France : la journée UNIDAY, la fête des enfants,  au mois de mai. 

 

Vous pouvez également rejoindre le réseau des Jeunes Ambassadeurs dans votre collège ou votre lycée, ou le réseau Campus à l'université et les grandes écoles. 

 

Vous travaillez... alors pourquoi ne pas promouvoir l'action de l'UNICEF au sein de votre entreprise. Pourquoi ne pas contacter votre comité d'entreprise afin d'organiser des stands en fin d'année.  N'hésitez pas à en parler entre collègues mais aussi auprès de votre direction car toute participation financière d'une entreprise au profit de l'UNICEF lui permet d'obtenir des avantages fiscaux. 

L'UNICEF à travers le monde sauve, éduque, protège les enfants. Dans les conflits, le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance se retrouve souvent en première ligne. Dans de nombreux pays, elle se bat pour que tous, qu'ils soient garçons ou filles, puissent aller à l'école. L'UNICEF en liaison avec d'autres organisations internationales participent à de nombreuses campagnes de vaccinations et de lutte contre la malnutrition. Il est insupportable de savoir  que des enfants de moins de 5 ans puissent encore mourrir aujourd'hui par manque de nourriture ou en raison de maladies contractées parce que l'eau qu'ils boivent est impropre à la consommation ! 

Mener une action en faveur des enfants, sans discrimination, c'est à la fois un acte de générosité  mais aussi de conviction : aider à ce que le monde de demain soit meilleur. A n'en pas douter les enfants s'ils sont souvent les premières victimes des situations présentes en seront demain les acteurs. A nous de savoir leur inculquer que le mot HUMANITE a encore un sens. 

 

                                                                          REJOIGNEZ-NOUS :  

 

                                                            UNICEF 78

                                                    30 avenue de l'amiral Lemonnier

                                                           78160 MARLY Le ROI

                                                            tél.  09-82-61-76-41

 

                                                 Mail : unicef78@unicef.fr

                                                                          

Posté par UNICEF78-comite à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Enfants migrants... haro aux idées reçues

Enfants migrants d'Afrique : L'Europe n'est pas leur objectif premier selon l'UNICEF
 
                                           Sachons éviter les idées reçues !

La grande majorité de ces enfants quittent leurs foyers sans que leurs parents le sachent et fuient à cause de problèmes chez eux

Genève, 25 juillet 2017 - Les enfants sur les routes de l'Europe en provenance d'Afrique prennent la décision de quitter leurs foyers de leur propre chef et sans avoir l'intention de se rendre en Europe. Pour la majorité d'entre eux, les traumatismes et la maltraitance systématiques qu'ils subissent ou dont ils sont témoins en Libye les poussent à fuir vers l'Europe et à prendre la terrifiante route méditerrannéenne, selon une nouvelle étude commandée par l'UNICEF et menée par REACH.

Pas moins de 75% des enfants réfugiés et migrants interviewés en Italie dans le cadre de l'étude, ont pris la décision de faire le voyage seul. Le périple en lui-même peut prendre jusqu'à plus de deux années pour les enfants. L'une des principales raisons que les enfants donnent pour quitter leur foyer est la violence mais aussi les privations et les conflits. Le mariage des enfants est aussi la principale raison avancée par une fille sur 5. Les périples des enfants en Europe sont souvent fragmentés et leur destination change en cours de route.

« Ce qui frappant dans cette étude, c'est qu'elle montre pour la première fois qu'il y a beaucoup plus de raisons qui poussent les enfants à quitter leur foyer, que précédemment et beaucoup moins de facteurs qui les attirent en Europe » a déclaré Afshan Khan, la directrice régionale de l'UNICEF pour l'Europe et l'Asie centrale.

Le but de l'étude, fruit d'un partenariat entre l'UNICEF et REACH, est de fournir aux décideurs, aux partenaires et aux gouvernements des preuves sur ce qui conduit les enfants à fuir leur pays et leur foyer. Les interviews ont été menées dans les deux principaux points d'entrée en Europe - l'Italie et la Grèce - avec un total de 850 enfants, âgés de 15 à 17 ans.

Les enfants réfugiés et migrants en Italie, ont rapporté à l'unanimité que leur passage en Libye fut la partie la plus traumatisante de leur périple. Près de la moitié d'entre eux (47%) ont signalé avoir été kidnappés contre une rançon en Libye, et 1 enfant sur 4 (23%) a signalé avoir été arrêté de façon arbitraire et détenu sans motif. La plupart des enfants viennent de plusieurs pays d'Afrique subsaharienne mais certains d'entre eux d'aussi loin que le Bangladesh.

« Pour ceux qui souhaitaient venir sur le continent, l'attrait de l'Europe était une chance de poursuivre leur éducation, le respect de leurs droits et d'avancer dans la vie. Cependant, une fois arrivés en Europe, la réalité est bien différente et leurs espérances réduites à néant » affirme Afshan Khan.

En Grèce, l'étude a montré que pour un parent sur trois, assurer l'éducation de leurs enfants était la principale raison qui les a fait quitter le pays d'origine pour l'Europe. Toutefois, l'étude sur les enfants réfugiés et migrants a révélé que les procédures interminables et la confusion autour de leurs droits ont conduit beaucoup d'enfants à quitter les systèmes de réception italien et grec et de fait à perdre leur scolarité et à être exposés à des risques élevés de maltraitance et d'exploitation.

Sur les 12 239 enfants arrivés en Italie au cours des 6 premiers mois de l'année, 93% voyageaient seuls.

Note aux médias :
Comme souligné dans l'étude, les profils des enfants arrivés en Italie et en Grèce varient de manière significative. Les enfants en Italie ont pris la décision de migrer individuellement (75% des enfants interrogés) et sont pour la plupart des garçons non accompagnés, âgés de 16 à 17 ans. En Grèce, les enfants ont pris une décision familiale commune et sont arrivés avec les membres de leur famille (91% des enfants interrogés), à un niveau égal entre les filles et les garçons et représentent toutes les classes d'âge.

Aux derniers sommet du G7 et du G20, l'UNICEF a appelé les gouvernements à agir pour protéger les enfants réfugiés et migrants en suivant son plan d'action en 6 points pour les enfants déracinés qui recommande une protection de tous les enfants déracinés par la guerre, la violence et la pauvreté. Le plan appelle les gouvernements à :

  1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, en particulier les enfants non accompagnés, de l’exploitation et de la violence 
    2. Mettre fin à la détention des enfants migrants ou demandant le statut de réfugié en proposant d’autres solutions pratiques
    3. Préserver l’intégrité des familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique 
    4. Permettre à tous les enfants réfugiés et migrants de continuer à apprendre et leur donner accès aux services de santé et à d’autres services de qualité
    5. Insister pour que des mesures soient prises afin de combattre les causes sous-jacentes des mouvements massifs de réfugiés et de migrants
    6. Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination

Posté par UNICEF78-comite à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

UNICEF ; AFRIQUE, 7 MILLIONS D'ENFANTS SUR LES ROUTES

 

 

Plus de 7 millions d'enfants sur les routes en Afrique de l'Ouest et du centre

 

La grande majorité des enfants migrants déracinés par la violence, la pauvreté et le changement climatique sont en Afrique

Dakar / NewYork, 5 juillet 2017 - Les enfants représentent plus de la moitié des 12 millions d'africains de l'Ouest et du Centre qui se déplacent chaque année, avec 75 % d'entre eux qui restent en Afrique subsaharienne, et moins d'un sur cinq qui part vers l'Europe - annonce l'UNICEF dans un nouveau rapport.

A la recherche d'opportunités : Voix d'enfants sur les routes d'Afrique de l'Ouest et du Centreétudie les principaux facteurs derrière les migrations et les déplacements à l'échelle régionale, ainsi que les implications à plus long terme pour la région si ces déplacements de population à grande échelle s'intensifient comme l'indiquent les projections en rapport avec la croissance démographique.

« Les enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre sont plus nombreux que jamais à se déplacer, beaucoup sont à la recherche de sécurité ou d'une vie meilleure » affirme la directrice régionale de l'UNICEF Marie-Pierre Poirier. « Pourtant la majorité de ces enfants se déplacent à l'intérieur de l'Afrique, et pas vers l'Europe ou ailleurs. Nous devons élargir la discussion sur la migration afin de comprendre les vulnérabilités de tous les enfants sur les routes et étendre les systèmes pour les protéger, dans toutes les destinations envisagées. »

Le rapport, basé sur une série d'interviews avec des migrants de plusieurs pays et leurs familles, révèle un ensemble de facteurs de migration complexes derrière la pauvreté. Il indique que les migrations impliquant des enfants et des jeunes d'Afrique de l'Ouest et du Centre vont probablement s'accroitre en raison d'une convergence d'éléments comme la croissance démographique rapide et l'urbanisation, le développement économique inéquitable, les conflits persistant, la mauvaise gouvernance et les capacités institutionnelles limitées pour soutenir les populations les plus vulnérables.

Le changement climatique est aussi un facteur important provoquant la migration dans l'Ouest et le Centre de l'Afrique. La région devrait subir une hausse de température de 3 à 4 degrés au cours du siècle - plus d'une fois et demi plus élevée que partout ailleurs dans le monde. De graves épisodes d'inondations et de sécheresse sont déjà responsables de la perte des moyens de subsistances et de déplacements, alors que les différentes formes de changement climatiques rendent certains types d'agriculture de moins en moins durables. Les tensions pour accéder à des ressources rares pour le bétail engendrent des conflits dans certaines zones rurales et poussent un nombre grandissant de personnes vers les villes.

Le rapport souligne que la région manque de systèmes de protection - à l'intérieur et à l'extérieur des frontières - pour garantir la sécurité et le bien-être des enfants réfugiés et migrants, un écart qui va se creuser avec l'augmentation attendue des populations et des mouvements migratoires. Le rapport recommande que les décideurs politiques mettent les enfants au coeur de toute la réponse à la migration. Cela peut passer par le renforcement de la chaine de protection des enfants de leur pays d'origine jusqu'au pays de transit et de destination. La coopération étroite entre les gouvernements, les Nations Unies et les partenaires non gouvernementaux est essentielle pour garantir l'accès des enfants aux soins de santé, à l'éducation et à d'autres services indispensables, quel que soit leur statut migratoire.

L'UNICEF continue à exhorter tous les gouvernements, en Afrique de l'Ouest et du centre, en Europe et ailleurs à adopter le plan d'action en 6 points pour la protection des enfants réfugiés et migrants :

1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, en particulier les enfants non accompagnés, de l’exploitation et de la violence 


2. Mettre fin à la détention des enfants migrants ou demandant le statut de réfugié en proposant d’autres solutions pratiques


3. Préserver l’intégrité des familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique 


4. Permettre à tous les enfants réfugiés et migrants de continuer à apprendre et leur donner accès aux services de santé et à d’autres services de qualité


5. Insister pour que des mesures soient prises afin de combattre les causes sous-jacentes des mouvements massifs de réfugiés et de migrants


6. Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination

 

En complément de ce plan d'action, l'UNICEF a aussi lancé une campagne incitant le grand public à être solidaire des enfants réfugiés et migrants, déracinés par la guerre, la violence et la pauvreté. La campagne #AChildIsAChild est déjà soutenue sur les réseaux sociaux par plus de 2 millions de personnes

 

MOBILISONS NOUS ! IL EST ENCORE TEMPS D'AGIR 

 

Posté par UNICEF78-comite à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2017

UNICEF France : l'AG

 

 

5d3ab79a-ae49-43be-96f5-27e73dffae0b@augure (1)

    PETIT BILAN DE ASSEMBLEE GENERALE 2017

 

 

 

Nous étions 210 à participer aux deux journées de l'Assemblée Générale d'UNICEF France, les 26 et 27 juin à Paris, dans les locaux gracieusement prêtés par la MGEN. Le président, Jean-Marie Dru et les directeur général, Sébastien Lyon ont placé cette édition sous le signe du renouveau : nouveaux statuts, nouvelle organisation territoriale, nouveaux outils et projets.  

Le plan stratégique 2014 - 2017 qui va s'achever a déjà largement porté ses fruits. En 4 ans, les collectes ont progressé de 9% pour atteindre 210 millions d'euros. Merci aux 250.000 donateurs réguliers !  On note en outre une augmentation régulière du nombre de legs à l'UNICEF

Dans un contexte de préparation  de notre Plan Statégique 2018-2021, nous avons patagé les ambitions d'UNICEF France affichées notamment dans les rapports d'activité, d'orientation et financier. 

20170626_141413

Jean-Marie DRU

     1/ Pour une contribution plus importante aux programmes d'UNICEF et aux situations de crise et d'urgence - à l'exemple du travail effectué par les équipes en Somalie présenté par Steven Lauwerier. (l'objectif est de fournir à UNICEF International pour ses actions 75% de nos recettes -contre 73% aujourd'hui). Le rapport d'activité 2016 évoque partculièrement 4 situations d'urgence : l'ouragan Matthew à Haïti ; la sécheresse en Afrique en raison du phénomène El Nino avec des effets particulièrement dévastateurs amplifiés par des déplacements de population en raison de conflits armés ; la Syrie qui vit sa 6 ème année de guerre ; le Yémen où on dénombre 150.000 cas de choléra aujourd'hui). 

     2/  Pour un plaidoyer plus impliquant d'UNICEF France, dans un rôle d'influence, d'alerte, de veille y compris sur la situation des enfants en France. (par exemple à travers l'interpellation de nos députés ou par la mise en place d'initiatives pilotes relatives à des actions  réalisées en France (exemples la scolarisation des enfants des bidonvilles, plaidoyers avec les représentants des polices aux frontières, examen de la situation dans les Centres d'Accueil et d'Orientation des Mineurs Isolés... ).

Comme l'a rappelé Jean-Marie Dru, toutes nos actions doivent se baser sur l'équité citant notamment la persistance de l'extrême pauvreté chez certains enfants, les inégalités persistantes en matière d'éducation, la discrimination toujours réelle par rapport aux enfants qui vivent dans des bidonvilles.... 

     3/  Pour un engagement de la jeunesse à nos côtés.  (par le recrutement de nouveaux bénévoles)

 

Pour cela, les dispositifs de recrutement des donateurs, les outils informatiques collaboratifs et un meilleur partage des Bonnes Pratiques au sein d'un réseau transformé sont des atouts et des gages de réussite. 

 

20170627_102258

 

au centre, Maïté Méric la présidente du comité IDF Ouest auquel la  délégation 78 de l'UNICEF est rattaché

lors d'un échange sur les "bonnes pratiques" ou les "bonnes initiatives" locales.  

 

                        LES  5 OBJECTIFS QUI DEVRAIENT NOUS MOBILISER  SUR LA PERIODE 2018-2021

 

                                                                       ----> Chaque enfant survit et s'épanouit

                                                                   -----> Chaque enfant apprend

                                                          -----> Chaque enfant est protégé contre la violence et l'exploitation

                                                                    ------> Chaque enfant vit dans un environnement sûr et propre

                                                           ----> Chaque enfant à les mêmes chances de réussir dans la vie

 

 

 

Posté par UNICEF78-comite à 11:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 juin 2017

UN VITRAIL DROITS DE L'ENFANT A CONFLANS

 

CONFLANS : UN VITRAIL POUR ILLUSTRER DES DROITS DE L'ENFANT

 

unicef conflans vitrail - Copie

Un vitrail sur les droits de l'enfant a été inauguré le mercredi 28 juin à l'espace Romagné à Conflans Ste Honorine. L'oeuvre a été réalisée par une soixantaine d'enfants issus des six centres de loisirs de la ville. Tout au long de l'année, ils ont travaillé, lors de la pause méridienne sur cette oeuvre, sous le regard attentif des animateurs et de Monsieur  Claude Lagrange, maître verrier. Les enfants ont réalisé les dessins représentants à leurs yeux 6 des droits de l'enfant, comme le droit à la santé ou à une identité. Pas facile à illustrer !  Ils ont ensuite taillé le verre puis réalisé des collages. L'oeuvre a ensuite été assemblée dans l'atelier de Claude Lagrange qui a déjà participé à plusieurs opérations artistiques avec des enfants dans d'autres villes mais qui a été particulièrement marqué par l'implication des jeunes dans le cas présent. Un travail de longue haleine puisqu'il a fallu compter plus de 500 heures entre la conception et la réalisation finale de ce vitrail , d'un mètre de hauteur sur un mètre de largeur. Et le résultat est plus que probant !

C'est une véritable oeuvre d'art réalisée par des artistes en herbe, des enfants d'une dizaine d'années. Une belle façon de sensibiliser les personnes qui poussent la porte de l'espace Romagné aux valeurs défendues par l'UNICEF.  Madame Josiane Simon, 1ère adjointe à la mairie de Conflans, en charge de la petite enfance  présidait la cérémonie aux cotés de madame Martine Boutaric, conseillère municipale. L'UNICEF était représentée par Philippe Jond-Nécand, le délégué de l'organisation pour le département des Yvelines qui a tenu à saluer l'implication de la municipalité pour ce qui concerne la jeunesse avec plus de 250 animateurs mis à disposition pour encadrer de nombreuses initiatives plus prometteuses les unes que les autres. Il a également adressé ses félicitations aux enfants qui ont su montrer tout ce dont ils sont capables quand on leur fait confiance. Leurs familles peuvent être fières de leur travail. 

 

Un grand bravo pour cette belle et grande initiative. Un grand bravo à tous ceux qui ont participé à sa mise en oeuvre. 

Posté par UNICEF78-comite à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2017

L'UNICEF A LA FETE AU PECQ

 

LES DROITS DE L'ENFANT A LA FETE 

Journée festive au parc des Corbières ce samedi 24 juin au Pecq. De nombreuses associations alpicoises s'étaient données rendez-vous pour une journée d'animation à destination d'abord des enfants. Et ils ont été nombreux à venir s'amuser ou découvrir certains sports. Des stands Portugais, Algériens, Comoriens, Haïtiens, Britanniques, Allemands, Belges permettaient de mieux comprendre ces pays et de découvrir quelques spécialités culinaires. 

fête o pecq 2017 1 - Copie

photo fête o pecq 2017

L'UNICEF78, partenaire du Pecq, Ville Amie des Enfants, était de la fête... Merci à Anouck et Hervé d'avoir tenu avec moi le stand de 11H à 18H30. Les ventes de produits UNICEF ont permis de récolter près de 200 euros destinés à répondre à l'Urgence famine en Afrique, où 1,4 millions d'enfants risques de mourir de faim si nous n'intervenons pas rapidement.  Plus de 80 enfants, encouragés par Margote et Filopatte (marionnettes prêtées par le Centre des Arts de la Marionnette d'Andrésy et la compagnie Pipa-Sol),  sont devenus "Ambassadeurs des droits de l'enfant de l'UNICEF" en participant à un chamboule-tout consacré à ces droits édictés et adoptés à l'ONU en 1989, pour lesquels l'UNICEF doit toujours se battre afin qu'ils soient respecter partout dans le monde -ce qui est loin d'être le cas. 

 

 

fete o pecq

 

Posté par UNICEF78-comite à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2017

LES 6 CLES DE L'UNICEF

 

 

 LES RESULTATS DE L’UNICEF EN SIX POINTS CLE

 

 

 

 

370 for every child

Des progrès considérables ont été réalisés pour les enfants à travers le monde, surtout ces 30 dernières années mais des millions d’enfants sont encore laissés pour compte.

 

L’UNICEF est présent dans 190 pays et territoires – une présence plus vaste qu’aucune autre organisation de protection des enfants. Nous travaillons en partenariat avec des gouvernements, des groupes locaux, d’autres organismes des Nations Unies ou d’autres organisations de protection des enfants, et nous apportons une expérience et une expertise inégalées lorsqu’il s’agit de sauver et d’améliorer la vie des enfants.

 

Notre vaste réseau nous permet de reprendre des approches réussies et de les adapter d’un endroit à l’autre, ce qui contribue à améliorer les résultats en faveur des enfants dans le monde entier.

 

  Six moyens mis en œuvre par l’UNICEF pour obtenir des résultats :

1)      Présence locale, impact mondial

2)      Sauver plus de vies à moindre coût

3)      Interventions d’urgence

4)      Des solutions nouvelles à de vieux problèmes

5)      Des partenariats puissants

6)      Une voix influente au service des enfants

 

Posté par UNICEF78-comite à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ENFANCE : LA FRANCE DOIT FAIRE MIEUX

 

MÊME DANS LES PAYS RICHES LA SITUATION DES ENFANTS PEUT ETRE FRAGILE

 

 

Selon le 14 ème rapport Innocenti  (centre de recherche de l'UNICEF) qui vient d'être publié, les pays riches doivent faire des efforts plus importants afin de garantir à tous les enfants un accès aux soins, à une alimentation saine et à la protection auxquels ils ont droit, comme prévus par les Objectifs de Developpement Durable (ODD). 

Ce rapport pose un premier jalon dans l'ère des ODD en évaluant et classant 41 pays de l'UE et de l'OCDE sur leurs différentes politiques pour répondre aux besoins et aux droits de leurs enfants. 

On y apprend notamment que selon cette étude, près d'1 enfant sur 5 dans les pays riches vit dans la pauvreté... avec une proportion encore plus élevée en Bulgarie, en Israel, au Mexique, en Roumanie, en Espagne, en Turquie et aux Etats-Unis !  Si d'autres dimensions sont prises en compte, les proportions d'enfants défavorisés sont encore plus élevées. Dans les pays riches, 1 enfant sur 8  souffre d'insécurité alimentaire, ce chiffre atteignant 1 sur 3 au Mexique et en Turquie.

De nombreux autres critères sont étudiés dans cette étude. Nous les examinerons à travers l'exemple Français. 

Le 14 ème rapport Innocenti vient d'être publié... et il apparait qu'en matière de politique de l'enfance, la France a encore du retard à rattraper... ce qui sous entend que l'action de l'UNICEF doit être poursuivie, voire accentuée pour alerter et sensibiliser les pouvoirs publics sur certaines situations. Le rapport conclu d'ailleurs, par un appel aux pays riches à mettre les enfants au coeur des stratégies pour atteindre les ODD. 

 

                                        

                                                             Les résultats  de la France 

Cette note résume les classements pour chaque objectif et présente les statistiques pour chaque indicateur, et inclut les grandes tendances. Note : les résultats exprimés ci-dessous sont issus d’études diverses. Toutes les sources sont disponibles et consultables dans le rapport. La France se hisse au 19e rang des 41 pays de l'UE/OCDE dans le tableau de classement.

A travers la comparaison des 9 Objectifs de Développement Durable, la France se classe au mieux en 7e position pour "éradiquer la faim" et au plus bas, en 34e position pour "la réduction des inégalités".

 

ODD 1 : mettre fin à la pauvreté En France, 17,7% des enfants vivent dans une pauvreté monétaire relative, comparable à la moyenne de 21% pour ce groupe de pays. Les transferts sociaux réduisent la pauvreté monétaire avant-transferts de 48%. 31% des enfants vivent dans une pauvreté multidimensionnelle (privés de 2 dimensions ou plus), ce qui est moins que la moyenne pour ce groupe de pays (34,7%). Ces résultats placent la France en 15e position sur 37 pays pour cet objectif.

ODD 2 : éradiquer la faim La France se place au 7e rangsur 40 pays, avec 6% d'enfants de moins de 15 ans vivant avec un adulte en situation d'insécurité alimentaire et un taux d'obésité infantile de 11,7%, soit plus bas que la moyenne (de 15,2%). Néanmoins, ce taux a tendance à augmenter légèrement depuis 2010.

ODD 3 : Santé et bien-être La France se classe en 17e position sur 39 pour cet objectif. Le taux de mortalité néonatal est de 2,5 enfants pour 1000, ce qui est comparable à la moyenne pour ce groupe de pays (2,8 pour 1000). Le taux de suicide des adolescents (âgés de 15 à 19 ans) était de 4,2 pour 100 000. En France, 27,9% des adolescents (âgés de 11 à 15 ans) ont rapporté avoir vécu des problèmes de santé mentale plus d'une fois par semaine, ce qui est plus élevé que la moyenne de 23,1%. La proportion d'adolescents (âgés de 11 à 15 ans) qui ont rapporté avoir été en état d'ivresse au cours du mois précédent était de 4,3%. Le taux de natalité chez les adolescentes est de 8,8 pour 1000 filles âgées de 15 à 19 ans, en baisse par rapport aux 10,31 de 2005.

ODD 4 : Education de qualité Avec 69,7% des enfants de 15 ans qui maitrisent les compétences de base en lecture, mathématiques et science et 99,8% des enfants scolarisés à l’école maternelle un an avant le début de l'école obligatoire, la France se classe au 14e rang de cet objectif sur 40 pays.

ODD 5 : Egaité entre les sexes Les indicateurs de cet objectif ne font pas partie du tableau de classement général, faute de données suffisantes et comparables. Néanmoins, dans les données mises en lumière dans le rapport, une étude de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne classe la France à la 26e place sur 28 concernant les violences sexuelles commises par des adultes sur des filles âgées de moins de 15 ans. Ces données datent de 2012 mais restent particulièrement préoccupantes.

ODD 8 : Travail décent et croissance économique La France se situe au milieu du groupe (20e place sur 39) pour cet objectif, avec 7,9% des 15-19 ans non scolarisés, sans emploi, ni formation et 7,8% des enfants de moins de 18 ans qui vivent dans des ménages sans emploi. Pour ce dernier cas, le chiffre est inférieur à la moyenne de 9%.

ODD 10 : Inégalités réduites Pour l’indice de Palma, qui compare la part de revenu des 40% les plus pauvres avec celle des 10% les plus riches la France se situe en 11e place sur 41 pays. Avec une différence relative de 44,1% entre les revenus des ménages avec enfants du 10e centile et ceux situés à la médiane -une mesure des inégalités de l'extrémité inférieure- la France se situe à nouveau en 11e position sur 41 pays. En revanche, la France est le pays où la corrélation entre le statut socio-économique et les résultats scolaires est la plus forte (enquête PISA) et se place en dernière position. Par conséquent, pour l’ensemble des indicateurs de cet objectif, la France se classe en 34e position sur 40 pays.

ODD 11 : villes et communautés durables La France se situe au milieu, en 23e position sur 36 pour cet objectif, avec une concentration de particules fines dans les zones urbaines de 11,13 microgrammes par mètre cube, supérieure au niveau international de sécurité situé à 10.

ODD 12 : Consommation et production responsables La France se place en 25e position sur 37 pour cet objectif, avec 58,4% des enfants de 15 ans informés d'au moins 5 enjeux environnementaux ou plus. Ce taux est inférieur à la moyenne de 62,1%.

ODD 16 : Paix, justice et institutions efficaces La France se situe en haut de classement de ce groupe pour le taux d'homicide d'enfants (0,25 pour 1000). Son taux de harcèlement chronique (auto-déclaré) de 11,6% chez les 11-15 ans est comparable à la moyenne de 10,8%. La France a le 4e taux le plus élevé de violences physiques (auto-déclarées) avant l'âge de 15 ans (31,8%) chez les femmes de 18 à 29 ans. Ces résultats placent la France en 21e position sur 39.

Posté par UNICEF78-comite à 08:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2017

L'UNICEF ET LES REFUGIES EN FRANCE

 

REFUGIES : L'UNICEF FRANCE INTERPELLE LES POUVOIRS PUBLICS

                                                                                 
 
Journée Mondiale des Réfugiés :
Des centaines de mineurs laissés sans protection sur le sol français
 
A l’occasion du 20 juin, journée mondiale des réfugiés, Médecins Du Monde (MDM), Médecins Sans Frontières (MSF) et UNICEF France - s’unissent pour dénoncer la situation tragique des mineurs non accompagnés en France. Au nombre estimé de 10.000 en France métropolitaine, ces jeunes particulièrement vulnérables représentent pourtant une part très faible des plus de 164.000 enfants accueillis par l’Aide Sociale à l’Enfance.

Or, la grande majorité arrive sur notre territoire à la suite d’un parcours douloureux, ponctué de violences, d’humiliations, pour la plupart rencontrées en Libye. En 2016, plus de 25 000 enfants ont effectué la traversée ; un chiffre deux fois supérieur à celui de 2015 et qui continue d’augmenter. Selon l’UNICEF, les trois quarts des enfants réfugiés et migrants interrogés ont déclaré avoir subi des agressions et harcèlements de la part d’adultes à un moment de leur périple.

Arrivés en France, ces enfants et adolescents continuent d’être exposés à de multiples dangers : violences et risques d’exploitation, alors même que la France a un devoir de protection envers tous les mineurs quelle que soit leur nationalité. Pour ces mineurs, à la merci des réseaux de passeurs et trafiquants, l’absence de réponse et les prises en charge au rabais, par les autorités, ne sont clairement pas à la hauteur des risques encourus. 

Le nombre de mineurs ayant déposé une demande d’asile (474 en 2016) est faible et place la France parmi les pays européens qui en accueillent le moins (ils étaient 36 000 en Allemagne). Nos organisations constatent avec inquiétude que l’identification de ces mineurs n’est pas assurée de manière homogène sur le territoire, et déplorent de larges carences dans l’information qui leur est donnée sur les possibilités de protection ici et ailleurs. Plus largement, le fait que la mise à l’abri ne soit pas toujours inconditionnelle et qu’elle soit uniquement dédiée à l’évaluation de l’âge et de l’isolement renforce la vulnérabilité de ces jeunes et instaure des formes de méfiance à l’égard des institutions qui devraient pourtant les protéger.

La situation d’errance de centaines de mineurs non accompagnés toujours présents à Calais et les renvois systématiques à la frontière franco-italienne sont des violations graves et manifestes des droits de l’enfant. Nous demandons un déploiement et un renforcement des lieux de premier accueil inscrits dans le dispositif de la Protection de l’enfance, sur l’ensemble de leur périple. La mise à l’abri doit garantir un temps de répit préalable à la procédure d’évaluation de la minorité pour permettre l’émergence d’une relation de confiance. Cette mise à l’abri doit permettre l’étude des dangers et des besoins, accompagnée d’un bilan de santé immédiat, d’un accès à des soins préventifs et curatifs ainsi qu’une orientation garantie et accélérée vers les dispositifs de protection de l’enfance, les procédures de réunification familiale à l’étranger et d’asile en France.

En cette journée symbolique, nous exhortons le nouveau gouvernement à se saisir de cette situation et de renforcer les capacités des départements qui ont la mission de protéger ces enfants et adolescents en danger. Il est urgent d’adapter la politique départementale de protection de l’enfance et de renforcer les dispositifs d’accueil provisoire d’urgence, pour garantir l’accès effectif des jeunes à leurs droits, et le respect de leur intérêt supérieur.

Posté par UNICEF78-comite à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]