Plus de 7 millions d'enfants sur les routes en Afrique de l'Ouest et du centre

 

La grande majorité des enfants migrants déracinés par la violence, la pauvreté et le changement climatique sont en Afrique

Dakar / NewYork, 5 juillet 2017 - Les enfants représentent plus de la moitié des 12 millions d'africains de l'Ouest et du Centre qui se déplacent chaque année, avec 75 % d'entre eux qui restent en Afrique subsaharienne, et moins d'un sur cinq qui part vers l'Europe - annonce l'UNICEF dans un nouveau rapport.

A la recherche d'opportunités : Voix d'enfants sur les routes d'Afrique de l'Ouest et du Centreétudie les principaux facteurs derrière les migrations et les déplacements à l'échelle régionale, ainsi que les implications à plus long terme pour la région si ces déplacements de population à grande échelle s'intensifient comme l'indiquent les projections en rapport avec la croissance démographique.

« Les enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre sont plus nombreux que jamais à se déplacer, beaucoup sont à la recherche de sécurité ou d'une vie meilleure » affirme la directrice régionale de l'UNICEF Marie-Pierre Poirier. « Pourtant la majorité de ces enfants se déplacent à l'intérieur de l'Afrique, et pas vers l'Europe ou ailleurs. Nous devons élargir la discussion sur la migration afin de comprendre les vulnérabilités de tous les enfants sur les routes et étendre les systèmes pour les protéger, dans toutes les destinations envisagées. »

Le rapport, basé sur une série d'interviews avec des migrants de plusieurs pays et leurs familles, révèle un ensemble de facteurs de migration complexes derrière la pauvreté. Il indique que les migrations impliquant des enfants et des jeunes d'Afrique de l'Ouest et du Centre vont probablement s'accroitre en raison d'une convergence d'éléments comme la croissance démographique rapide et l'urbanisation, le développement économique inéquitable, les conflits persistant, la mauvaise gouvernance et les capacités institutionnelles limitées pour soutenir les populations les plus vulnérables.

Le changement climatique est aussi un facteur important provoquant la migration dans l'Ouest et le Centre de l'Afrique. La région devrait subir une hausse de température de 3 à 4 degrés au cours du siècle - plus d'une fois et demi plus élevée que partout ailleurs dans le monde. De graves épisodes d'inondations et de sécheresse sont déjà responsables de la perte des moyens de subsistances et de déplacements, alors que les différentes formes de changement climatiques rendent certains types d'agriculture de moins en moins durables. Les tensions pour accéder à des ressources rares pour le bétail engendrent des conflits dans certaines zones rurales et poussent un nombre grandissant de personnes vers les villes.

Le rapport souligne que la région manque de systèmes de protection - à l'intérieur et à l'extérieur des frontières - pour garantir la sécurité et le bien-être des enfants réfugiés et migrants, un écart qui va se creuser avec l'augmentation attendue des populations et des mouvements migratoires. Le rapport recommande que les décideurs politiques mettent les enfants au coeur de toute la réponse à la migration. Cela peut passer par le renforcement de la chaine de protection des enfants de leur pays d'origine jusqu'au pays de transit et de destination. La coopération étroite entre les gouvernements, les Nations Unies et les partenaires non gouvernementaux est essentielle pour garantir l'accès des enfants aux soins de santé, à l'éducation et à d'autres services indispensables, quel que soit leur statut migratoire.

L'UNICEF continue à exhorter tous les gouvernements, en Afrique de l'Ouest et du centre, en Europe et ailleurs à adopter le plan d'action en 6 points pour la protection des enfants réfugiés et migrants :

1. Protéger les enfants réfugiés et migrants, en particulier les enfants non accompagnés, de l’exploitation et de la violence 


2. Mettre fin à la détention des enfants migrants ou demandant le statut de réfugié en proposant d’autres solutions pratiques


3. Préserver l’intégrité des familles – le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique 


4. Permettre à tous les enfants réfugiés et migrants de continuer à apprendre et leur donner accès aux services de santé et à d’autres services de qualité


5. Insister pour que des mesures soient prises afin de combattre les causes sous-jacentes des mouvements massifs de réfugiés et de migrants


6. Promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination

 

En complément de ce plan d'action, l'UNICEF a aussi lancé une campagne incitant le grand public à être solidaire des enfants réfugiés et migrants, déracinés par la guerre, la violence et la pauvreté. La campagne #AChildIsAChild est déjà soutenue sur les réseaux sociaux par plus de 2 millions de personnes

 

MOBILISONS NOUS ! IL EST ENCORE TEMPS D'AGIR